Intimité publique, de l'artiste Catherine Rondeau. Photomontage surréaliste inspiré de l’adolescence féminine. Évocation de la transition fille-femme dans un étrange univers hivernal onirique.

Intimité publique

L’entrée dans l’adolescence vient avec son lot de contradictions complexes. Le besoin d’affirmation côtoie une extrême vulnérabilité. Si une adolescente reste toujours seule face à sa propre métamorphose, ses changements corporels s’étendent, pour ainsi dire, en public. Exposée aux remarques indélicates d’un mononc’ ou du papa qui se trouvent drôles, on voudrait s’enfoncer six pieds sous terre…

Merci à mes amies Fanny, Isabelle B. et Isabelle P. pour le prêt de vos dessous affriolants. Comme vous voyez, ils ont bien pris le vent du large!

« Intimité publique » fait partie de la série Traversée boréale.

4 commentaires

  1. Serge Marchetta sur 21 décembre 2015 à 12 h 05 min

    Wow! Bravo Catherine,
    C’est superbe.

    Joyeux temps des Fêtes.

  2. emilie bragado sur 24 décembre 2015 à 4 h 34 min

    que de délicatesse et de poésie… pour un sujet parfois traité de manière si indélicate
    justement. on a toutes dans un coin de notre coeur un ou des souvenirs inconfortables de cette période, merci Catherine d’en parler avec autant de finesse et de bienveillance.
    emilie

  3. Catherine Rondeau sur 11 janvier 2016 à 12 h 43 min

    Merci à toi, Emilie, pour ce beau commentaire!

Laissez un commentaire