Deux personnes de dos accrochent une oeuvre d'art au mur dans une salle d'exposition

Une saison d'expositions exceptionnelle

J'ai un peu l'impression d'avoir gagné à la loterie. Ce n'est pas par l'entremise d'une, ni de deux, mais bien de trois expositions solos que le public devrait avoir l'occasion de voir mon travail photographique cet automne. En effet, du 9 octobre au 22 novembre au Centre d'exposition de Val d'Or je propose Traversée boréale qui sera ensuite prolongée au Centre culturel Peter B. Yeomans à Dorval du 27 novembre au 18 janvier. L'exposition De l'autre côté du miroir sera quant à elle présentée au Centre national d'exposition de Jonquière du 15 octobre au 17 janvier. Reste à espérer que ces salles resteront ouvertes en ces temps troubles que nous vivons...

Une course contre le passage au rouge

En raison de la progression rapide de la deuxième vague de la COVID et des rumeurs de fermeture de certaines régions, c'est plus de 2 000 kilomètres que j'ai parcouru cette semaine pour livrer mes œuvres en Abitibi et au Saguenay.

Un homme place une photographie au mur sous la supervision de l'artiste
Petit moment de folie avec le super technicien André Seize, Centre d'exposition VOART | Photo : Jean-Louis Boudou

Le VOART, un centre d'exposition en or

9 octobre - 22 novembre

À Val d'Or, j'ai le privilège d'occuper la magnifique salle principale du Centre d'exposition VOART dans le cadre du projet Les états liminaires. La directrice du centre, Mme Carmelle Adam, a commissarié cet événement qui aborde la quête identitaire. D'après ses mots :

Le concept de la liminarité est la période entre-deux états propre aux rituels de passage. Marquant une étape dans le vécu individuel ou collectif, cet état liminaire transfigure ce qui a été en ce qui devient, ce passage entre la déconstruction d’une identité vers la reconstruction d’une nouvelle structure identitaire. 

On retrouve, dans les salles attenantes, le travail des artistes Marilyne Bissonnette et de Rosalie Gamache.

Je suis particulièrement heureuse du résultat de cette exposition. Je crois qu'il s'agit de la plus belle présentation, jusqu'à maintenant, de ma série Traversée boréale. L’équipe du VOART accueille les artistes avec un grand professionnalisme et beaucoup de considération. Il y a un souci du détail peu commun.

Grand bâtiment avec écrit CENTRE CULTUREL DU MONT JACOB et CENTRE NATIONAL D'EXPOSITION

Belle partie remise au Centre national d'exposition

15 octobre - 17 janvier

L'exposition devait se tenir au printemps dans l'espace hall. L'événement a été annulé en lien avec la situation de la COVID. Tout comme ma résidence à l'École polyvalente Arvida dans le cadre du programme La culture à l'école. Deux projets à l'eau, deux déceptions. Mais il faut croire que j'étais due pour me rendre au Saguenay cette année car la directrice du CNE, Mme Manon Guérin, m'a relancée pour présenter De l'autre côté du miroir dans la salle principale dès cet automne. Une exposition qui se prolongera jusqu'en janvier, soit plus de quatre mois!

Il s'agit de la douzième exposition solo de cette série depuis 2012. Avec de belles nouveautés cette fois. De fait, l'ampleur de la salle à occuper m'a amenée à non seulement imprimer de nouvelles œuvres, mais à concevoir, en collaboration avec Mme Guérin, quelques ajouts et des activités de médiation culturelle pour les jeunes. De chouettes idées à retenir pour une prochaine édition de l'exposition...

Bâtiment avec le texte CENTRE CULTUREL PETER B. YEOMANS CULTURAL CENTER

Espoirs permis au Centre Peter B. Yeomans

27 novembre - 18 janvier

Malgré le passage récent au rouge à Montréal et l'annonce des fermetures temporaires des musées et salles d'exposition, j'ose espérer que mon exposition au Centre Peter B. Yeomans de Dorval ne sera pas compromis. Si je comprends la nécessité de mettre en place des mesures restrictives dans le but d'endiguer la propagation du virus, la décision de fermer les institutions culturelles me parait un non-sens. Les lieux de diffusion du secteur des arts visuels sont parmi les plus faciles à sécuriser! Ces fermetures privent non seulement le public d'une bouffée d'oxygène précieuse mais accentuent l'état de précarité des artistes. Le président du RAAV (Regroupement des artistes en arts visuels), Moridja Kitenge Banza, s'est engagé, dans un message adressé aux membres, à faire entendre sa voix au gouvernement afin de renverser cette décision. À suivre...