CATHERINE RONDEAU

Le poisson rouge

La période de l’adolescence ressemble à une mer agitée. Avec ses courants complexes, ses vents changeants, ses vagues porteuses ou cassantes. Plus une enfant, pas encore femme, la jeune fille se meut, entre deux eaux, à la recherche d’elle-même et de sa destinée…

« Le poisson rouge » s’insère dans ma nouvelle série Traversée boréale.

8 Comments

  1. Françoise Tounissoux sur 3 novembre 2015 à 17 h 09 min

    Tu poursuis tes rêves. Bravo!

  2. Hélène Laurin sur 3 novembre 2015 à 17 h 26 min

    Votre travail ne permet de rêver en entrant dans une autre dimension.
    J’ai fait l’acquisition d’une de vos photos ,Place de l’horloge , lors de l’encan du centre d’art de Kamouraska cet été . Moi qui travaille avec des enfants elle me parle avec douceur.
    Serait-il possible de savoir si le montant demandé à l’encan est sa vrai valeur marchande, et où exposez-vous présentement ?
    Merci ,
    Hélène Laurin

    • Catherine Rondeau sur 4 novembre 2015 à 11 h 50 min

      Je suis contente d’avoir de vos nouvelles Mme Laurin. Comme mes œuvres sont offertes à la vente en séries limitées, j’aime bien garder une liste des acquéreurs à jour. En principe, le Centre d’art de Kamouraska ne devait pas laisser l’œuvre partir en dessous de mon prix de vente habituel. Je propose que nous poursuivions la discussion à ce sujet par courriel. Ma prochaine exposition aura lieu au printemps 2016 au Centre d’exposition d’Amos. À bientôt!

  3. Daphne Boyer sur 3 novembre 2015 à 17 h 27 min

    Interesting metaphor Catherine. Lots to work with there.

    • Catherine Rondeau sur 4 novembre 2015 à 11 h 52 min

      Let me know when you’re in town Daphne, it would be nice to get together for a cup of tea.

  4. Lisbeth Groda sur 4 novembre 2015 à 13 h 40 min

    Le bocal d’eau sans poisson me fait penser au mouton du petit prince : aucun des dessins de l’aviateur ne convient à l’enfant jusqu’à ce que l’aviateur dessine une caisse et dise au petit prince que le mouton qu’il veut est dedans. Le petit prince s’en montre alors satisfait et remarque que le mouton « s’est endormi ». Interesting metaphor indeed!

    • Catherine Rondeau sur 4 novembre 2015 à 14 h 40 min

      J’adore cette analogie avec le mouton du Petit Prince, merci Lisbeth!

Laissez un commentaire