PEAU D'ÂME, PEAU DE PHOQUE

FOUILLES DANS L’INCONSCIENT FÉMININ

Captées dans le cadre d’une résidence artistique au Centre for Contemporary Arts de Glasgow, en Écosse, les œuvres de ma série Peau d'âme, peau de phoque (2018) sondent la figure archétypale de la femme sauvage au cœur du récit folklorique La femme phoque. Un projet qui continue à creuser la dimension initiatique du conte, mais sur un terrain à la fois plus personnel et mature. Plus d'images à venir bientôt!

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Si l’histoire de La femme phoque se décline en de nombreuses variantes, il est toujours question d’une selkie (créature marine qui prend l’apparence humaine en retirant sa peau de phoque hors de l’eau) qui se fait voler sa pelisse animale par un homme. Tout le récit tourne autour de son besoin ardent de la récupérer. Plutôt que d’illustrer les différentes scènes de l’histoire, mon intention est de rendre compte de la trame symbolique qui s’y déploie, soit la quête vitale de la psyché féminine pour sa part instinctuelle, libre, vibrante. Une lecture qui rejoint celle de l’analyste jungienne Clarissa Pinkola Estés dans son livre Femmes qui courent avec les loups (1992).

Plus de détails à venir bientôt...

Cette série a été réalisée dans le cadre d'une résidence artistique au Centre for Contemporary Arts de Glasgow, en Écosse, grâce au programme d'échanges d'artistes et d'ateliers-résidences du Conseil des arts et lettres du Québec.

CCA_glasgow
calq_noir_200px
© 2011-2019 Catherine Rondeau. Tous droits réservés.