DE L'AUTRE CÔTÉ DU MIROIR

CAVALE AU PAYS DES MERVEILLES

Inscrite dans le sillage des études sur le conte, les œuvres de ma série De l’autre côté du miroir (2011-2014) investissent un univers singulier : l’imaginaire enfantin. Les images mettent en scène des enfants qui, tels des héros de récits fabuleux, affrontent leurs peurs et assouvissent leurs désirs. Ce vaste corpus se fonde sur un essai que j’ai écrit sur le phénomène du merveilleux (Aux sources du merveilleux, une exploration de l'univers des contes, Presses de l'Université du Québec, 2011). 

DÉMARCHE ARTISTIQUE

C’est en observant les jeux de mes deux petites filles que j’ai eu envie de mieux comprendre l’attrait irrésistible des enfants pour l’imaginaire et les récits de merveilles.L’envie de se glisser dans la peau d’un animal, de braver l’interdit, de disparaître ou de gagner en pouvoir –, les rapports sont multiples entre l’univers du conte et la pensée enfantine. Ballotté entre le sentiment de sécurité fourni par la cellule familiale et l’envie fréquente d’échapper aux exigences intempestives des parents, ce n’est pas toujours facile de trouver sa place en grandissant... Alors l’enfant use de son imagination pour relâcher des tensions intérieures. Ses rêveries viennent à la rencontre de ses désirs et les comblent, lui permettant ensuite de mieux composer avec la réalité.

Inspirée par cette dynamique, je combine la mise en scène au photomontage afin de créer des tableaux à mi-chemin entre le réel et l’irréel. En brouillant la frontière entre la réalité et la fiction, mes œuvres font écho au penchant inné et bienfaisant des jeunes pour la fantaisie. Mes territoires imaginaires, à l’instar du Petit Poucet qui sème des cailloux pour retrouver sa route, proposent une myriade d’indices allégoriques en guise d’invitation à suivre les enfants dans leur cheminement souvent tumultueux vers l’âge adulte. Empreints de poésie et de candeur expressive, mes trompe-l’œil oniriques invitent à des plongées dans cette rêverie grouillante et bigarrée de l’enfant occupé à négocier son rapport au monde, ils donnent à voir ce qui se joue de l’autre côté du miroir.

Si ma démarche vise à saisir le phénomène du merveilleux du point de vue des enfants, la portée de mes œuvres dépasse largement la sphère enfantine. Car donner libre cours à la folle du logis s’avère tout aussi salutaire pour les grands, indispensable même à la fécondation d’une vie fantasmatique suffisamment riche pour permettre à l’humain de résoudre les problèmes de l’existence. Ainsi, sous couvert de leur dimension ludique, mes images convient le spectateur à un dialogue intérieur à la fois poétique et existentiel.

TÉMOIGNAGES

« L’exposition De l’autre côté du miroir a connu un succès merveilleux à Dorval. Les visiteurs sont venus en grand nombre et étaient charmés par les images fantastiques de Catherine Rondeau. Une expérience à ne pas manquer! »

Sara Giguère, agente culturelle, Centre culturel Peter B. Yeomans, Cité de Dorval, 2017

« Véritables portes d’entrée dans l’univers de l’imaginaire de l’enfance, les œuvres de Catherine Rondeau sont empreintes de sensibilité, tantôt humoristiques, tantôt tragiques, mais toujours à l’image des fabulations indispensables au développement d’un enfant qui, demain, aura à inventer le monde. »

Ève Simard, directrice du Centre d’art de Kamouraska, 2013

© 2011-2019 Catherine Rondeau. Tous droits réservés.